Petite balade automnale dans le Jura et le Massif-Central – septembre 2020

Nous avions quelque peu perdu l’habitude de partir en vacances dans nos belles régions. Cette année, à cause ? Grâce ? au Covid 19, nous sous sommes limités aux frontières hexagonales. Aussi, cette année, ce fut une petite balade automnale dans le Jura et le Massif-Central. A la fin de cette page, une petite vidéo pour illustrer ce périple… et aussi pour en garder le souvenir.

    • Le Jura

Cascades du Hérisson

Nous avons du nous « contenter » de cascades de fin d’été en année particulièrement sèche. Autant dire que le « torrent du Hérisson » n’a pas grand chose à voir avec celui de l’hiver !

Les 7 cascades sont accessibles à pied (bonnes chaussures conseillées) sur un aller-retour de 7,4 kms avec un dénivelé de 255 m. Il s’agit de :

  • L’Éventail (65m de haut). On vient par Doucier et Clairvaux-les-Lacs. Le parking est payant mais permet de visiter la Maison des Cascades (animations, infos…)
  • Le Grand Saut (60m de haut)
  • Le Gour Bleu
  • Le Château Garnier
  • Le Saut de la Forge
  • Le Moulin Jeunet
  • Le Saut Girard (35m de haut)

Le château d’Arlay

C’est un château privé, réputé être le plus ancien « château-Vignoble » de France. Il est classé monument historique. Le château a été aménagé au dix-huitième siècle sur la base d’un ancien couvent délabré par Claude-Nicolas Ledoux, l’architecte des salines royales d’Arc-et-Senan.

Par manque de temps, nous n’avons pas pu visiter le château d’Arlay. Nous nous sommes contentés de prendre une photo.

Beaume-les-Messieurs

Ci-dessous une petite vidéo sur Youtube de présentation du site par https://www.jura-tourism.com/ et qui dure 1 minute.

Venir à Baume-les-Messieurs c’est avant tout admirer une superbe reculée. Le village est entouré de falaises. (un superbe point de vue sur Baume se trouve à Crançot – voir notre vidéo à la fin de cette page). Jean-Marie Clausse a d’ailleurs publié un diaporama sur Baume-les-Messieurs. retrouvez le en suivant ce lien. En effet, BLM est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France.

La cascade de Beaume-les-Messieurs. Pour l’été 2020… la cascade était beaucoup plus réduite en débit !

A Baume vous pourrez voir la cascade des Tufs, une curiosité qui « jaillit » dans la verdure, alimentée par le Dard, qui se jette dans la Seille à Baume. Vous ne pourrez faire l’impasse sur les grottes qui descendent jusqu’à 120 m sous terre. Il sera inutile de baisser la tête pour entrer ; le linteau de la porte se trouvera à environ 70 m au-dessus de vos têtes. L’Abbaye Impériale mérite votre attention. Il s’agit d’un prestigieux site d’où sont partis les fondateurs de Cluny. L’abbaye, d’obédience bénédictine, abrite un retable flamand exceptionnel, en bois de chêne sculpté et doré à la feuille.

Château-Chalon

Bien sûr, quand on parle de Château-Chalon, on pense immédiatement au mythique Vin Jaune qui a fait la réputation du village et du Jura. Comme pour Baume-les-Messieurs, voici tout d’abord une présentation  en deux minutes et demie, faite par Jura – Tourisme.

Jean-Marie Clausse, diaporamiste et photographe de talent a également publié un Powerpoint pour Château-Chalon. Vous pouvez le télécharger ici. Comme Baume-les-Messieurs, Château-Chalon est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France. Depuis son promontoire, le village domine tous les alentours. Château-Chalon, village belvédère comme certains le nomment, mais à coup sûr village pittoresque est à visiter à pied.  A voir l’église romane du 10ème siècle, les maisons vigneronnes, les nombreux points de vue.

AOC Chateau-Chalon Domaine Berthet Bondet

Le vin Jaune bénéficie d’une AOP Appellation d’Origine Protégée. Il est produit sous les appellations « l’Etoile », « Côtes du Jura », « Arbois », « Château-Chalon ». « Château-Chalon » est produit sur une cinquantaine d’hectares. Après un élevage d’au moins six ans et trois mois en fûts de chêne, le vin jaune est commercialisé en « clavelins » de 62 cl. Pour l’appellation Vin Jaune, un seul cépage est utilisé : le savagnin.

Poligny

Office du Tourisme Coeur du Jura

Comme il est convenu de le dire, Poligny est également une « cité de caractère ». C’est le pays des vaches Montbéliardes et du Comté. On est étonné par le nombre de fruitières qui pullulent ici. En suivant le parcours fléché dit « parcours de la Tour », vous découvrirez la collégiale Saint-Hippolyte du 15ème siècle, les vestiges des remparts et du château de Grimont, le caveau des Jacobins, la cour des Ursulines, le monastère Sainte-Claire, l’Hôtel Dieu et… la maison du Comté.

Arbois

Arbois, le village jaune du Jura

Nous sommes toujours dans une contrée vinicole et gastronome. A voir à Arbois l’église Saint-Just (son clocher vaut le détour, son orgue classé MH également), la maison familiale de Louis Pasteur, le château Pécauld (inscrit aux Monuments Historiques) qui abrite le musée de la vigne et du vin du Jura, la Tour Gloriette. On trouve ici aussi de belles demeures vigneronnes, des jardins romantiques. Sur le plan gastronomique, Arbois compte un Chef doublement étoilé (Steven Naessens chez Jean-Paul Jeunet) et le chocolatier Edouard Hirsinger (Meilleur Ouvrier de France).

Dole

Comme à Arbois, pour visiter il suffit de « suivre les flèches ». Plus exactement, suivez le balisage du Circuit du chat perché à Dole (clin d’œil aux contes du chat perché de Marcel Aymé) . Traversée par le Doubs, la ville fut la capitale de la Franche-Comté, presque jusqu’à la fin du dix-septième siècle. A voir à Dole la collégiale Notre-Dame, l’hôtel-Dieu, la rue du collège de l’Arc, la maison natale de Louis Pasteur…

Saline Royale d’Arc-et-Senans

Saline royale et ville idéale de Chaux du nom de la forêt voisine, ou encore l’Utopie , conçue par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Saline royale, car il ne faudrait pas oublier… la gabelle, donc l’impôt ! C’est Louis 15 qui va ordonner la construction de la saline. La construction est confiée à Ledoux qui va bénéficier de l’appui de Madame du Barry (la maîtresse du roi). Nous sommes au siècle des lumières et la construction doit respecter une harmonie capable de générer l’élévation de l’âme.L’ensemble du personnel, les sauniers, les forgerons, les terrassiers… enfin, tous les corps de métier, vivent sur place.

C’est fini pour le Jura. Place maintenant au :

  • Quelques arrêts au Massif Central et plateau de l’Aubrac

Conques en Rouergue

Abbaye Sainte-Foy de Conques-en-Rouergues

Comme Château-Chalon et Baume-les-Messieurs, Conques est membre de l’Association des Plus Beaux Villages de France. Et Jean-Marie a également réalisé un diaporama pour Conques. Retrouvez-le ici.

Le site est magnifique, un superbe bourg monastique médiéval. L’Abbatiale Sainte-Foy est LE monument incontournable. Le Trésor est un chef d’œuvre d’orfèvrerie médiévale. Les vitraux de Pierre Soulages sont remarquables. Le tympan (ci-dessous une vidéo « les nocturnes de Conques » qui présente d’une manière totalement différente le tympan de la basilique.)  avec ses 124 personnages est exceptionnel. Le bassin claustral est à voir également. Il est hélas privé de sa vasque centrale. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que Conques était une des principales étapes sur la route de Saint-Jacques de Compostelle.

Estaing

Toujours les Plus beaux villages de France. En vidéo ci-dessous, les images de Jean-Marie Clausse.

Le village d’Estaing se trouve au cœur de la vallée du Lot. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, et bien qu’elle fut très puissante au Rouergue entre le treizième et le dix-huitième siècle, la famille d’Estaing (en Occitan Estanh) s’éteint à la fin du dix-huitième. Le nom d’Estaing est repris en 1922 par la famille Giscard(ancienne bourgeoisie) originaire de Lozère, puis installée au début du dix-neuvième dans le Puy-de-Dôme. En 2005 une SCI (comprenant Valéry Giscard d’Estaing, son frère Olivier – ancien maire d’Estaing – et Philippe, leur cousin) achète le château d’Estaing à la commune alors propriétaire. Depuis 2012 le château est le siège de la fondation Valéry Giscard d’Estaing.

Le château domine la confluence du Lot et de la Coussanne. C’est l’attraction phare de la localité. Vous pourrez aussi découvrir l’église Saint Fleuret de style ogival et datant du quinzième. A voir aussi le pont gothique d’Estaing.

Télécharger le diaporama de Jean-Marie

Espalion

Château de Calmont

Le village s’est développé sur les deux rives du Lot. La cité fut autrefois fortifiée et se protège au pied du château-fort des seigneurs de Calmont. Vous découvrirez aussi les anciennes tanneries entre les deux ponts. Voyez également la chapelle des pénitents, l’église Saint-Jean-Baptiste (aujourd’hui transformée en musée), l’église romane de Perse…

 

Nous terminerons la visite par Saint-côme d’Olt (télécharger le diaporama de Jean-Marie)et sa chapelle des pénitents, Saint Urcize, Chaudes-Aigues, l’Abbaye de Bonneval

Vous pouvez retrouver tous ces lieux dans notre petite vidéo ci-dessous.

 

Lancez la vidéo en cliquant sur l’image ci-dessus svp

 

 

 

2 réflexions sur « Petite balade automnale dans le Jura et le Massif-Central – septembre 2020 »

    1. Merci pour votre commentaire. Effectivement la plupart des villages visités se trouvent sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle… et, accesoirement, souvent ils adhèrent à l’association des plus beaux villages de France.

Cet article vous interpelle ? Vous souhaiteriez apporter des précisions ? Réagir ? Laissez votre commentaire ici svp